Seul l’excès est dangereux pour les jeux vidéos

Il ne faut pas diaboliser le jeu vidéo. S’il est adapté à l’âge de l’enfant, il lui permet notamment de développer la concentration, la mémoire, mais aussi la coordination des gestes (avec le joystick) et sans doute l’imagination.
Le danger réside dans l’excès d’utilisation sans la surveillance des parents.
Les pédopsychiatres insistent sur les risques d’addiction, mais aussi de décrochage avec le monde réel chez les plus jeunes ou les plus fragiles. Ils évoquent aussi les dangers que représentent les jeux violents ou à caractère sexuel.
C’est évidemment aux parents de fixer des règles strictes aux jeunes utilisateurs, de maintenir un équilibre entre les activités scolaires, les activités sociales, les divertissements plus culturels (lecture) et les jeux virtuels.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Anti-Spam Quiz: